Marché du médicament : les lauréats sont…

Qui dit nouvel an, dit bilan. Classes thérapeutiques, produits, laboratoires : les chiffres compilés par IQVIA France* lèvent le voile sur les leaders de ces trois grandes catégories statistiques, entre confirmations et bonnes surprises. Premier constat : ces "performances" s’apprécient dans un cadre global plutôt favorable, puisque le marché français du médicament a progressé de 2,1 % en 2018, à 19,6 milliards d’euros. En recul de 2,2 % par rapport à l’année précédente, le nombre de boîtes de médicaments délivrées aura néanmoins diminué, avec 2,8 milliards d’unités écoulées sur la période.

En 2018, certaines classes thérapeutiques se sont particulièrement distinguées, à commencer par les inhibiteurs de protéines kinases, dont les ventes ont atteint 1,3 milliard d’euros, en hausse de 38,2 %. Les anti-TNF alpha (749,4 M€ ; - 2,3 %) ou encore les analgésiques non narcotiques et antipyrétiques (680,3 M€ ; - 4,4 %) sont en déclin, mais ils demeurent de solides contributeurs à la croissance du marché français du médicament. Autre tendance forte : les inhibiteurs directs du facteur Xa ont le vent en poupe. Ils affichent la seconde progression la plus importante de l’année en valeur (525,7 M€ ; + 24,2 %). Cette classe thérapeutique est aussi celle qui enregistre la meilleure évolution en volume (9,8 MUn ; + 30,7 %).

 

Humira® et Doliprane® à l’honneur

Indiqué dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, Humira® (433,1 M€ ; - 0,2 %) domine assez largement le classement des produits, malgré une baisse très relative de son chiffre d’affaires en 2018. Viennent ensuite deux médicaments contre la dégénérescence maculaire liée à l’âge, à savoir Lucentis® (362 M€ ; + 13,7 %) et Eylea® (281,1 M€ ; + 14,6 %). A noter : la progression spectaculaire de l’anti-cancéreux Imbruvica®, en hausse de 217 % sur la période, pour un chiffre d’affaires estimé à 193,3 millions d’euros. Une embellie qui se traduit également en volume, même si le nombre d’unités délivrées est encore très faible (32 623 Un ; + 215,7 %).

Parmi les produits les plus vendus, on citera notamment Doliprane® (294,6 MUn ; + 0,5 %), Xarelto® (5,1 MUn ; + 19,4 %) et Eliquis® (4,7 MUn ; + 45,6 %), respectivement indiqués dans les traitements de la douleur d’intensité légère à modérée, la prévention des événements thrombo-emboliques veineux, et la prévention de l’accident vasculaire cérébral et de l’embolie systémique chez les patients adultes atteints de fibrillation atriale non valvulaire. Signe particulier : Doliprane® représente à lui seul 10,7 % des boîtes de médicaments vendues en France en 2018.

 

Novartis et Sanofi se distinguent

Novartis (1,8 Md€ ; + 4,8 %), Sanofi (1,2 Md€ ; - 3,3 %) et Mylan (1,1 Md€ ; + 4,8 %) trustent les premières places du classement des laboratoires en 2018. A eux trois, ils ont cumulé plus de quatre milliards d’euros de chiffre d’affaires, soit près de 21 % de la croissance pharmaceutique française. Faits notables : le laboratoire suisse contribue à 9,2 % de la croissance du marché français du médicament. Janssen fait également une percée remarquable en 2018, avec une augmentation de 29 % de son chiffre d’affaires, à 779,6 millions d’euros.

En volume, Sanofi conserve son statut de leader (474,7 MUn ; - 0,5 %), bien aidé en cela par les performances du Doliprane®. Mylan (286,7 MUn ; + 4,7 %) et Biogaran (277,9 MUn ; + 3,5 %) complètent le podium. A signaler : la présence de deux génériqueurs dans le tiercé gagnant, preuve que les grands acteurs de ce segment deviennent des "valeurs motrices". Malgré des résultats en baisse, en volume et en valeur, Sanofi reste toujours très bien positionné sur le marché français.

 

(*) Source : LMPSO – Sell Out – Cumul mobile annuel entre décembre 2017 et décembre 2018.

NB : chiffres arrondis au centième ; valeur en prix fabricants hors taxes.

EN SAVOIR PLUS