« Ma santé 2022 » : un plan à 3,4 milliards d’euros !

Emmanuel MacronL’annonce était prévue avant l’été, mais elle a maintes fois été repoussée. Emmanuel Macron a finalement présenté sa Stratégie de transformation du système de santé le 18 septembre dernier. Baptisé « Ma santé 2022 », ce plan gouvernemental comporte 54 mesures destinées à moderniser l’appareil sanitaire français et à densifier l’accès aux soins. Pas moins de 3,4 milliards d’euros seront investis au cours des quatre prochaines années pour structurer les soins dans les territoires (1,6 Md€), améliorer le service public hospitalier (920 M€), accélérer la transformation numérique (500 M€), mais également contribuer à l’évolution des métiers et des formations (420 M€).

A ce propos, 4 000 postes d’assistants médicaux seront prochainement créés. Formés et rémunérés par l’assurance maladie, ils rempliront des missions spécifiques pour libérer du temps médical (accueil et préparation des patients, prise de tension ou de température, suivi des rendez-vous, coordination avec les autres professionnels…). Au-delà du symbole, la suppression du numerus clausus, la fin des épreuves classantes nationales et la création d’un statut unique de praticien hospitalier devraient à la fois permettre d’augmenter les effectifs et de mieux diversifier les profils.

 

Une meilleure articulation des soins dans les territoires
Véritable pivot de la réforme, l’organisation et la coordination des soins seront significativement renforcées, notamment à l’échelon local, via l’installation de 1 000 CPTS d’ici à 2022. Ces communautés professionnelles territoriales de santé couvriront des bassins de population compris entre 20 000 et 100 000 personnes. Prévention, accès aux soins, sécurisation des parcours de santé, maintien à domicile : elles orchestreront la coopération entre les médecins libéraux, les établissements hospitaliers et le secteur médico-social. Elles seront financées dans le cadre d’un accord conventionnel, qui sera négocié l’an prochain.

Proposée par le HCAAM*, dans un avis qui avait fait grand bruit, la labellisation de 500 à 600 hôpitaux de proximité interviendra dès 2020. Ces structures intermédiaires assureront des missions polyvalentes (soins aux personnes âgées, soins de suite et de réadaptation, consultations spécialisées, consultations non programmées…). Elles devront aussi disposer d’un plateau technique de biologie et d’imagerie, d’équipes mobiles et d’équipements en télémédecine. A noter : 400 médecins, à l’exercice mixte et rattachés aux hôpitaux, seront par ailleurs déployés dans les déserts médicaux de manière « transitoire ».

 

Une modernisation de l’hôpital
L’hôpital sera incontestablement l’un des axes prioritaires de la Stratégie de transformation du système de santé. Une réforme du régime d’autorisation des activités de soins est d’ailleurs prévue pour 2020. Elle devrait déboucher sur de nouvelles normes de qualité et de sécurité, notamment pour les services d’urgence, les maternités, les services de réanimation, l’imagerie et la chirurgie. Des financements au forfait seront également instaurés dès l’an prochain pour la prise en charge du diabète et de l’insuffisance rénale. Cette démarche sera étendue à d’autres pathologies chroniques, à partir de 2020.

Pour accentuer la participation des médecins au pilotage des hôpitaux, les compétences des commissions médicales des établissements seront élargies. Cette mesure s’inscrit dans un cadre plus général, consistant à redonner au service hospitalier son rôle de « collectif », en particulier dans l’organisation des activités de soins et le management de l’équipe soignante. Il s’agira notamment de favoriser la reconnaissance collective grâce à la création d’un dispositif d’intéressement lié aux projets d’amélioration de la qualité du service, mais aussi de mieux prendre en compte les compétences managériales dans la nomination des responsables médicaux.

 

(*) Haut conseil pour l’avenir de l’assurance maladie – HCAAM.

NB : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/ma_sante_2022_pages_vdef_.pdf

 

EN SAVOIR PLUS